Eoliennes dans le désert d'Atacama, Chili- 2014

Chili : La descente vers le sud Austral

San Pedro de Atacama, Antofagasta, Copiapo, Coquimbo, Valparaiso, Santiago, Chillan, Puerto Varas

A partir de San Pedro de Atacama, le voyage prend une autre physionomie, je vais entamer la descente vers le sud du Chili plus rapidement afin de pouvoir disposer d’un peu plus de temps en Patagonie.

Les journées deviennent plus des étapes de liaison et je roule beaucoup, d’ailleurs sur ce point il est étonnant de constater comme la circulation est différente au Chili. Les Chiliens pratiquent une conduite apaisée et sont plutôt respectueux au volant.

Un train dans le désert d'Atacama, Chili -2014
Un train dans le désert d’Atacama, Chili -2014

Respect des feux, des priorités, des piétons, et aussi des motos… c’est très agréable. Mais je les sens parfois un peu s’impatienter car depuis quelques mois j’ai pris l’habitude de ralentir et de regarder de tous les côtés même si le feu est vert !

Passage du tropique du Capricorne, un peu avant Antofagasta, Chili - 2014
Passage du tropique du Capricorne, un peu avant Antofagasta, Chili -2014

Le désert m’accompagne encore jusqu’à ce que je rejoigne la côte un peu avant Antofagasta au niveau d’un site remarquable, « El monumento natural de la Portada »,

Monument naturel la Portada, Antofagasta, Chili - 2014
Monument naturel la Portada, Antofagasta, Chili – 2014

A partir d’Antofagasta, je retrouve la ruta 5 (La Panamericana) que je ne vais quasiment plus quitter jusqu’à la Patagonie, elle se termine d’ailleurs à Quellon en bas de l’île de Chiloé

La mano del desierto, à 50 km au sud d'Antofagasta sur la ruta 5, Chili - 2014
La mano del desierto, à 50 km au sud d’Antofagasta sur la ruta 5, Chili – 2014

Le lendemain, à la mi-journée, lors d’une pause, je fais la connaissance de Jorge, un motard Chilien, qui travaille dans l’industrie minière à Calama et qui rentre chez lui à Valparaiso, nous faisons route ensemble jusqu’à Copiapo.

Bateaux de pêche au mouillage, port de Coquimbo, Chili - 2014
Bateaux de pêche au mouillage, port de Coquimbo, Chili – 2014

L’autoroute longe maintenant la côte ce qui est agréable pour le paysage, mais un peu plus difficile par rapport au vent puissant qui vient de l’océan, et les éoliennes qui sont installées dans cette région ne sont pas là par hasard.

D’ailleurs, maintenant quand j’aperçois un champ d’éoliennes au loin, je sais que peux me préparer à traverser une « zone de turbulences » et à prendre de l’angle en ligne droite 😉

La côte pacifique entre Coquimbo et Valparaiso, Chili - 2014
La côte pacifique entre Coquimbo et Valparaiso, Chili – 2014

Valparaiso, surnommée affectueusement « Valpo » par ses habitants, est une ville dont le nom est symbole de voyage.

Graphe "Valpo" sur un mur de Valparaiso, Chili - 2014
Graphe « Valpo » sur un mur de Valparaiso, Chili – 2014

J’avoue que je suis tombé sous le charme, bâtie sur plusieurs collines (los Cerros), accessibles par les « ascensor » traditionnels ou des escaliers, ce relief naturel offre de superbes points de vue sur la baie et c’est un plaisir de flâner dans ses rues colorées et tranquilles.

Escalier menant au Cerro Artilleria, Valparaiso, Chili - 2014
Escalier menant au Cerro Artilleria, Valparaiso, Chili – 2014
La baie et le port de commerce de Valparaiso, Chili - 2014
La baie et le port de commerce de Valparaiso, Chili – 2014
Un square sur l'Avenida Brasil, Valparaiso, Chili - 2014
Un square sur l’Avenida Brasil, Valparaiso, Chili – 2014
Un graphe très coloré sur un mur de Valparaiso, Chili - 2014
Un graphe très coloré sur un mur de Valparaiso, Chili – 2014
Le port de Valparaiso, vu depuis le Muelle Prat, Chili - 2014
Le port de Valparaiso, vu depuis le Muelle Prat, Chili – 2014
Entrée de l'ascenseur Concepcion, Valparaiso, Chili - 2014
Entrée de l’ascenseur Concepcion, Valparaiso – 2014
Eglise Luthérienne Santa Cruz, Valparaiso, Chili - 2014
Eglise Luthérienne Santa Cruz, Valparaiso – 2014

Santiago est une étape obligatoire, Chupette a besoin d’une sérieuse révision, les roulements de direction sont à changer, les deux pneus sont à bout de souffle… Je l’ai confiée à Gs motos, ils ont été très efficaces et professionnels, c’est une bonne adresse à Santiago !

J’aurais aimé poursuivre avec un sujet plus léger, mais il est difficile de ne pas songer lorsque l’on est au Chili aux années noires vécues par ce pays et sa population sous la dictature de Pinochet.

A deux pas de mon hôtel, en plein centre se trouve un édifice, rue Londres au n° 38, qui a été de 1973 à 1975 un centre de détention et de torture, c’est apparemment le seul qui reste dans Santiago, les autres ayant été détruits, mais celui là a pu être conservé et transformé en lieu de mémoire.
Je trouve que c’est important pour que le temps n’efface pas tout cela.

En voici quelques photos,

Exposition d'affiches, Londres 38, Santiago, Chili - 2014
Exposition d’affiches, Londres 38, Santiago, Chili – 2014
Pièce de détention, Londres 38, Santiago, Chili - 2014
Pièce de détention, Londres 38, Santiago, Chili – 2014
Salle d'interrogatoire et de torture, londres 38, Santiago, Chili - 2014
Salle d’interrogatoire et de torture, londres 38, Santiago, Chili – 2014
Plaques à la mémoire des victimes de la dictature, Londres 38, Santiago, Chili - 2014
Plaques à la mémoire des victimes de la dictature, Londres 38, Santiago, Chili – 2014
Coucher de soleil flamboyant sur l'avenue Alameda, Santiago, Chili - 2014
Coucher de soleil flamboyant sur l’avenue Alameda, Santiago, Chili – 2014

De Santiago, il me reste encore environ 1000 km pour arriver en Patagonie, mais avec ma nouvelle moto, qui n’a plus de point dur à la direction, et chaussée de deux pneus neufs, cela va être un plaisir, et même si la route s’annonce très rectiligne…

Viaduc ferroviaire du Malleco, Chili - 2014
Viaduc ferroviaire du Malleco, Chili – 2014
Maison en bois, typique du sud Austral, Puerto Varas
Maison en bois, typique du sud Austral, Puerto Varas

Lorsque je dis que je vais dans le sud, tout le monde me met en garde contre le froid et la pluie, cela dit à voir comme la végétation est dense, verte et fournie depuis quelques centaines de kilomètres, je veux bien les croire, néanmoins j’aurai eu la chance de rouler avec le soleil jusqu’à Puerto Varas.

A suivre donc pour savoir si leurs prévisions sont justes lorsque je serai à Chiloé, puis sur la carretera Austral ?

Christophe

Eoliennes dans le désert d'Atacama, Chili - 2014
Eoliennes dans le désert d’Atacama, Chili – 2014

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *