Brouillard sur la passe du Rohtang - Le Ladakh en Royal Enfield - Inde 2010

Blow horn ! (Klaxonne !) Le Ladakh en Royal Enfield

Un voyage au Ladakh en Royal Enfield, la « Manali – Leh highway » à moto, Inde du 14 au 28 juillet 2010.

Inde, sur la route
Inde, sur la route

Pourquoi ce titre allez-vous me demander ?

Il est probable que ces deux mots, blow horn, si vous allez un jour rouler à moto en Inde, resteront gravés dans votre mémoire. Inscrits au cul de quasiment tous les camions, vous ne pourrez pas les rater… et lorsque l’on parcourt la route Manali – Leh au Ladakh en Royal Enfield 500, des camions on en croise, on en double et on se fait doubler un nombre de fois incalculable tous les jours, les dépassements étant toujours accompagnés d’un petit coup de klaxon pour prévenir…

Mais revenons à Delhi où tout a commencé chez Inder Motors.

Quand on parle de location de Royal Enfield à Delhi, Lalli Singh semble incontournable, recommandé par beaucoup de ceux qui ont loué une moto sur Delhi et reconnu pour louer des motos en bon état mécanique.

Je n’ai pas été déçu, tout est super carré, des papiers en règle, une moto assurée, des pièces de rechanges, un essai de la moto dans un endroit tranquille, une petite formation à l’entretien et aux opérations mécaniques de base, de bons conseils et une sensibilisation aux risques de la conduite en Inde, ce qui n’est pas du superflu !!!

Il est franchement très professionnel et sérieux. Il n’est cependant pas seul sur la place, le quartier de Karol Bagh regroupe beaucoup de boutiques qui peuvent aussi proposer des motos à la location. Après, l’inconvénient réside principalement dans le fait que si on ne dispose pas de beaucoup de jours, on peut perdre du temps à comparer plusieurs propositions et plusieurs loueurs…

La moto qui m’est proposée est très bien équipée, des racks à l’arrière pour fixer les bagages et réservoirs supplémentaires, une caisse métallique contenant les pièces détachées, et un réservoir de 16l parfait pour l’autonomie.

Après une après-midi passée dans son atelier, je suis reparti en fin de journée avec la moto sous un orage de mousson qui délivrait enfin la ville de la chaleur étouffante qui l’accablait depuis mon arrivée. Pour une première expérience au guidon de l’Enfield, cela m’a déjà permis de vérifier qu’elle ne craignait pas l’eau.

Cérémonie puja de protection de la moto - Le Ladakh en Royal Enfield - Inde 2010
Cérémonie puja de protection de la moto – Le Ladakh en Royal Enfield – Inde 2010

L’arrivée en Inde, deux jours plus tôt, fut un choc pour moi. J’ai débarqué à Delhi au milieu de la nuit et dans le petit van délabré qui me transportait, j’ai été frappé par la multitude de gens dormant dehors, parfois sur un simple bout de carton, au bord même de l’autoroute qui relie l’aéroport à la ville. Comme pour profiter des moindres mouvements de l’air déplacé par les véhicules qui les frôlent dans l’atmosphère étouffante de la nuit.

J’avais donc mis à profit ma première journée à Delhi pour aller me balader à pied du côté de Karol Bagh pour trouver la boutique de Lalli. La misère et la détresse sont très présentes dans la rue, aussi bien pour ceux qui y vivent que ceux qui y travaillent. Cela me bouscule, le fait que je sois là ou pas n’y changerait rien mais cela me touche profondément.

Après avoir récupéré la Royal Enfield. J’ai passé une journée supplémentaire à Delhi pour finir de préparer le voyage, le temps de faire quelques courses, et aussi pour se lancer une deuxième fois dans la circulation bouillonnante de la ville, pour aller faire le plein de la moto par exemple, s’il avait fallu trouver une raison…

Ma 500 démarre plutôt bien, et ce matin devant l’hôtel, tous les regards étaient braqués sur moi, ils se demandaient bien si j’allais réussir à démarrer, mais bon après sept ou huit coups de kick, le mono a craqué et maintenant si je suis à la lettre les conseils de Lalli, à savoir maintenir la poignée de gaz légèrement entrouverte au démarrage sans la faire tourner, le moteur craque avec facilité du premier coup.

En moins de cinq kilomètres, je me fais « pousser » à deux reprises, sans gravité heureusement, par des voitures. Ils serrent tellement dans les embouteillages qu’ils viennent frôler jusqu’à toucher les racks de mon porte bagage. Ils sont au ras du sol, élargissent exagérément le gabarit de ma moto et sont peu visibles pour un conducteur de voiture, mais c’est tout de même assez désagréable !

Je quitterai donc Delhi très tôt le matin pour essayer de bénéficier d’un trafic un peu moins oppressant et peut-être d‘un peu de fraîcheur ?

Haut de page

Mes notes de voyage, au jour le jour :

Une représentation de Ganesh sur un temple
Une représentation de Ganesh sur un temple

14/07 Delhi – Chandigarh
Réveil 5h, départ 6h, ma moto était garée devant l’hôtel, sous des fils électriques qui servent de perchoir à de grosses corneilles. Bilan, une moto crépie, surtout la selle, peut-être que cela porte bonheur ?
Delhi est quasi déserte, mais la circulation y est quand même tendue car les quelques véhicules qui roulent se croient seuls au monde ! Cette ville est oppressante, tout au moins pour moi.

Je vais tracer le plus directement possible vers Chandigarh, l’autoroute est assez dégagée, mais c’est un véritable cirque, très dangereux. Sur les 100 premiers kilomètres il y a déjà 3 accidents impliquant bus et poids-lourds. En fait la majorité des camions pour ne pas doubler sans cesse, restent en file indienne (normal !) sur la voie de droite et les véhicules plus rapides zigzaguent entre eux et les plus lents serrés normalement à gauche, c’est à dire moi, des vélos, des piétons, des tricycles. C’est là que ça craint, il faut surveiller les rétros.

Sur la route, certains sont surpris de voir un occidental sous le casque, un Sikh s’arrête à ma hauteur, au feu et me questionne sur ma destination. Je tchatche aussi le temps d’un feu avec un motard qui part bosser.
Je fais une pause, sur le bord de la route le long de champs immenses, un des ouvriers qui bossait dans le champ, vient me voir pour me faire goûter leur production, mi-concombre mi-courgette, très bon d’ailleurs. Il voulait m’en offrir une brassée que je ne peux malheureusement pas accepter, c’est très gentil, j’en garde un pour la route. Il repart rapidement car il aperçu quelqu’un que j’imagine être son contremaître qui lui a l’air d’être beaucoup moins sympa.

A midi, repas végétarien, un buriani très épicé avec carottes, chou fleur, petits pois, haricots verts, excellent !
Chandigarh est une ville conçue par l’architecte Le Corbusier, découpée en secteurs, avec beaucoup d’espaces verts, une architecture étonnante mais que les habitants se sont visiblement appropriée sans problèmes. Je suis maintenant au Penjab, le pays des Sikhs.
Le soir je poursuis ma découverte de la nourriture locale dans un petit bar/resto au rez de chaussée d’un bloc proche de l’hôtel, poulet tandoori et pois chiches massala, super bon mais ça arrache.

Un gars complètement bourré, mais très gentil au demeurant, jette son dévolu sur moi. Il vit en Angleterre, sa famille vit ici et il avait envie de me parler de sa vie. Ce bar est un endroit assez étonnant, c’est très simple, un univers exclusivement masculin, je suis un peu la bête curieuse, mais tout le monde me gratifie d’un sourire, d’un petit signe. La majorité des clients viennent ici pour picoler, vu le nombre de bouteilles vides qui traînent sur les tables. L’endroit est tout de même un peu en retrait, pas d’enseigne, pas de terrasse extérieure, limite un peu planqué, je suis rentré là par hasard car l’endroit me semblait être animé.

15/07 Chandigarh – Manali
Départ 6h30, rien d’ouvert pour prendre un café, un peu plus loin sur la route, je n’aurai droit qu’à un thé au lait avec une mite noyée dedans. La route est difficile, avec un gros trafic de camion, elle commence à prendre de l’altitude, la montée est belle. Cela devient beaucoup plus agréable. J’arrive à Manali à la tombée de la nuit.

16/07 Manali – Darcha
Départ à 7h00 dans la brume, il a plu toute la nuit sur Manali. La montée vers le Rhotang la, assez rude, commence par un petit serpentin de bitume qui se transforme assez rapidement en piste boueuse. La route est très vite coupée par un éboulement, un bouchon s’est formé, 1/2 h d’arrêt.

Au dessus des nuages, sur la piste du Rhotang la - Le Ladakh en Royal Enfield - Inde 2010
Au dessus des nuages, sur la piste du Rhotang la – Le Ladakh en Royal Enfield – Inde 2010

En haut, le manque d’oxygène est sensible, j’ai le souffle court. Je prends un café et un chauffeur qui transporte des touristes indiens, avec qui j’avais discuté dans le bouchon me donne les clefs pour la suite, le dernier point de ravitaillement en essence, des distances précises, où s’arrêter, les check points. Merci Rado, ce sont de très bons conseils.

La piste est bien meilleure après le col, je refais le plein de tous mes réservoirs à Tandi, pause déjeuner à Keylong, un petit resto qui propose un plat unique de beignets de poulet.

Je retrouve un peu de goudron, la route est magnifique, piste à nouveau, mais très bonne en redescendant vers Darcha, il y a pas mal de gens qui se déplacent à pied sur la route et les femmes tricotent en marchant, c’est étonnant !.

Darcha est un petit village de baraquements, de bric et de broc, construits au bord de la rivière Bhaga. Il y a un endroit où dormir et je peux me laver à la rivière. La vie ici est rythmée par la nature, il n’y a pas d’électricité. La maîtresse de maison me propose pour manger un plat de riz avec un curry végétarien et une « lentil soup », c’est parfait.

17/07 Darcha – Pang
C’est parti pour la montée vers le Baralacha la, il pleut et il fait un froid glacial ce matin, la neige qui avait commencé à fondre s’est transformée en verglas en approchant du sommet. Le col est bloqué, un convoi militaire est arrêté par un bus en panne, et je n’ai pas la place de me faufiler à moto, la passe est étroite, ça caille sévère mais au bout d’une demi-heure tout se débloque et j’entame la descente rapidement.

Passage du Nuchli la, la route est superbe avec des paysages à couper le souffle, au propre comme au figuré ! Un dernier col à passer, le Lachulung la avant d’entamer la descente vers le village de tentes de Pang. Sur la route, j’ai fait la connaissance de Roshan et Shreerang, deux motards indiens qui font un peu le même parcours que moi. Nous faisons étape à Pang, le soir je suis en vrac, mal de crâne, nausées, je subis l’altitude, je m’enfonce dans mon duvet jusqu’au lendemain matin.

18/07 Pang – Leh
Ce matin, j’ai retrouvé la forme, départ tranquille vers 8h30, Je roule avec Roshan et Shreerang, mais nous avançons à notre rythme et nous retrouvons lors des haltes sur la piste. le passage du Tanglang la est grandiose, ça y est je suis vraiment au Ladakh !

Passe du tanglang la, 5328m
Passe du Tanglang la, 5328m – Le Ladakh en Royal Enfield – Inde 2010
Sur la piste, descente après la passe du Tanglang La - Le Ladakh en Royal Enfield - Inde 2010
Sur la piste, descente après la passe du Tanglang La – Le Ladakh en Royal Enfield – Inde 2010

La vallée qui redescend vers Leh est superbe, verdoyante, parsemée de petits villages, les occasions de haltes sont nombreuses et, incroyable, j’ai trouvé quelqu’un qui s’arrête plus souvent que moi pour prendre des photos.

Portraits d'enfants, village de Miru, Ladakh
Portraits d’enfants, village de Miru, Ladakh

Cette route est un véritable cordon ombilical, elle fait vivre beaucoup de monde, ceux qui construisent le temps de la belle saison un village de tentes qui servira de relais à tous ceux qui font la liaison Manali – Leh, mais aussi ceux qui la construise, la renforce, mais ce sont vraiment les forçats de l’Himalaya.

Ils sont un nombre incroyable, logés dans des campements de fortune au bord de la piste, à travailler sur les chantiers en cours. Leurs moyens sont dérisoires, ils sont parfois des dizaines, accroupis avec une massette, à concasser des cailloux de la taille d’un melon pour en faire un gros gravier qui servira de remblai. Dorénavant quand je serai en contrarié par mon boulot, il faudrait que je m’en souvienne et que j’ai une pensée pour ces hommes et ces femmes qui travaillent, souvent loin de chez eux, dans des conditions extrêmement difficiles.

Statuettes de Bouddha sur un marché de Leh
Statuettes de Bouddha sur un marché de Leh

Le soir, au niveau culinaire, je teste des beignets de fromage avec un plat de pommes de terre et de choux fleur épicé juste à mon goût, avec un naan, c’est parfait. Le pain est excellent ici, il est presque toujours fait à la demande et peut être nature rôti, ou bien en plus beurré ou bien encore farci ; mais tout chaud sorti du four, nature, c’est toujours un régal.

19/07 Leh
Aujourd’hui, je ne roule pas, je vais faire un peu d’entretien sur la 500, un peu de lessive, préparer la suite du parcours et me balader dans Leh. Après avoir exploré toutes les possibilités, je ne peux pas revenir par le Zanskar, ça ne passe pas à moto, je ne vais pas non plus aller passer le Khardung la. Roshan et Shreerang m’ont proposé de les accompagner vers le lac Tsomoriri, mais je vais manquer de temps pour cela. Je vais donc continuer à descendre la vallée de l’Indus jusqu’au village de Lamayuru puis revenir sur Leh et redescendre par la « transhimalayenne », je n’ai guère d’autre choix et cela me permettra aussi de donner quelques photos que j’avais prises pendant la montée et que j’ai pu imprimer à Leh.

Le menu du jour est végétarien, c’est une journée ou on ne mange pas d’animaux m’explique le restaurateur, mais cela me va très bien et les momos, sorte de gros raviolis, sont excellents !
Leh est en proie à la pénurie d’essence, la station située sur la route principale à sec, je décide de redescendre un peu car j’avais repéré deux stations sur la route en arrivant mais pas de chance, là aussi les cuves sont vides, j’ai du faire au total une trentaine de kilomètres pour rien. Tant pis je verrai demain…

20/07 Leh – Lamayuru
J’essaye de partir assez tôt, la station service a été ravitaillée mais elle est maintenant assiégée. Je me mets à la queue et malgré l’apparente pagaille cela se passe plutôt bien. Le pompiste remplit les réservoirs à tour de bras, un coup à droite, un coup à gauche, avec une file spéciale pour les 2 roues qu’il ravitaille entre deux voitures et tout le monde respecte. Je crois que chez nous ce genre de situation aurait déjà dégénéré et déclenché une émeute !

La route est excellente, je suis bloqué par une déviation 18 km avant Lamayuru, il y a des travaux et des tirs de mines sont prévus. Donc je prends une petite route incroyable toute en lacets qui va me faire prendre de l’altitude de manière vertigineuse et longe la « Moon valley ». Le village est vraiment tout petit dominé par un monastère imposant qui serait un des plus anciens du Ladakh.

Lamayuru, drapeaux de prière - Le Ladakh en Royal Enfield - Inde 2010
Lamayuru, drapeaux de prière – Le Ladakh en Royal Enfield – Inde 2010

21/07 Lamayuru – Dah
Lever matinal, le temps est dégagé ce matin, j’en profite pour faire quelques photos du monastère. La route principale est toujours fermée, je repars donc par celle de la vallée de la lune. Une fois rejoint la route principale, la descente de la vallée de l’Indus est superbe, il ne manque qu’un peu de soleil car le temps s’est de nouveau couvert très rapidement. En contrebas de la route. les cultures occupent le moindre espace disponible entre la montagne et la rivière.

J’ai décidé de faire un crochet par le village de Dah situé juste avant la zone de cessez le feu avec le Pakistan. Pour y accéder, il faut passer plusieurs check points militaires auxquels je dois laisser une photocopie du permis que j’avais fait à Leh. Je passe sans voir le village et je me fais bloquer au dernier check point car j’ai épuisé mes photocopies, et de toute façon, je n’irai pas plus loin car j’ai dépassé le village, en fait il n’y a pas de route qui y mène, il faut emprunter à pied un sentier qui y monte, mais le village, noyé dans la végétation est totalement invisible depuis la route.

Il y a une guest house où je peux passer la nuit, c’est sommaire, lit de camp et terre battue mais très accueillant. Je croise quelques femmes Dardes Brokpa, c’est le nom de l’ethnie, qui portent des coiffures superbes réalisées avec des fleurs fraîches, c’est absolument magnifique. Deux vieilles dames qui papotent me proposent de les prendre en photo moyennant finance, bof, ce genre d’échange ne m’a jamais branché donc je ne ferai pas de photos. Le village et les jardins alentours sont magnifiques, les Dardes cultivent la plus grande partie de ce qui leur est nécessaire pour vivre et leurs cultures sont superbement entretenues.

Lamayuru gompa (monastère Tibétain de Lamayuru) - Le Ladakh en Royal Enfield - Inde 2010
Lamayuru gompa (monastère Tibétain de Lamayuru) – Le Ladakh en Royal Enfield – Inde 2010

22/07 Dah – Leh
Je reprends la route pas très en forme, il y a un truc qui n’est pas passé et m’a mis à l’envers. J’apprécie d’arriver à Leh pour me poser.

23/07 Leh
Ce matin, je suis HS, ce sera donc repos aujourd’hui. En fin de journée je vais me balader vers Shali gompa et je monte jusqu’à Shanti stupa qui domine la ville.
Plein de la moto, retour à l’hôtel et il ne me restera plus qu’a boucler mon sac pour décoller tôt demain matin.

Leh, shanti stupa
Leh, shanti stupa – Le Ladakh en Royal Enfield – Inde 2010

24/07 Leh – Pang
Aujourd’hui, ça va mieux, j’ai retrouvé la forme. Je roule bien et fait étonnant, j’ai la route quasiment pour moi tout seul, il n’y a pas de trafic ce matin. Je passe le premier col dans le froid mais sans encombre. J’ai bien avancé, est ce que je tente de tirer jusqu’à Sarchu ?

J’ai prévu 3 jours pour redescendre, ne forçons pas la chance. Ce sera donc Pang et son village de tentes, et puis je suis sûrement un peu mieux acclimaté à l’altitude. Je m’arrête donc,comme à l’aller, au « Sonan Pangri Restaurant ». La petite entreprise tourne bien, elle accueille des voyageurs de passage pour une nuit, et les véhicules qui font la route s’arrêtent pour permettre à leur passagers de se dégourdir un peu les jambes, prendre un thé ou un café. En quelque sorte, c’est un peu une station d’autoroute saisonnière. Je profite aussi de mon passage pour donner les photos faites à l’aller. Il n’y a qu’un chauffeur de camion qui n’est pas là, je la confie à un de ses copains.

Une borne kilométrique improvisée au Ladakh, Inde - 2010
Une borne kilométrique improvisée sur la piste – Le Ladakh en Royal Enfield – Inde 2010

25/07 Pang – Jispa
Le beau temps est au rendez-vous ce matin, je passe les cols sous un grand soleil. Je m’aperçois en roulant qu’un des supports de mon porte bagage à cassé, mais bon rien de gênant pour la suite. Par contre, j’ai fait une grosse erreur d’appréciation avant d’arriver à Darcha qui aurait pu être lourde de conséquences. Il s’en est fallu de peu que je ne me fasse embarquer par un gué que j’avais pourtant passé aisément à l’aller. En fait, c’est maintenant un fort courant qui dévale la montagne puis traverse la route avant de replonger dans le vide et puis le niveau a beaucoup augmenté.

Heureusement que je suis arrivé avec assez de vitesse car une fois au milieu du courant j’ai senti la moto se délester une fraction de seconde et j’ai bien cru partir avec l’eau du bain… mais bon c’est passé avec la vitesse. Ouf, car même en ayant attaqué la traversée au bord de la falaise, la piste n’est vraiment pas bien large à cet endroit…
Je fais étape à Jispa. Il y a là un petit atelier de mécanique ou je trouve un boulon qui me permet de réparer temporairement mon porte bagage. Merci encore a son propriétaire sympathique et chaleureux. Je suis agréablement surpris par tous les messages, affiches, panneaux qui sensibilisent et invitent à préserver l’environnement, à ne pas jeter n’importe quoi, n’importe où. J’ai le sentiment que cela porte, à part Leh, les endroits que je traverse semblent très préservés.

26/07 Jispa – Manali
Au programme aujourd’hui, passer le Rohtang la, départ dans la grisaille et je retrouve la pluie dès que je commence à monter. La piste est très boueuse et il y a là beaucoup de chantiers où les ouvriers travaillent à élargir et renforcer la route dans des conditions très difficiles. Je vais faire quelques photos avec eux et j’arrive à obtenir une adresse qui tient la route. Je les expédierai une fois rentré mais je ne saurai jamais si elles sont arrivées à bon port !

Les forçats de l'Himalaya - Le Ladakh en Royal Enfield - Inde 2010
Les forçats de l’Himalaya – Le Ladakh en Royal Enfield – Inde 2010

Pour l’instant, poursuite de la montée dans une boue très liquide, j’arrive au sommet dans le brouillard et la descente n’est pas mal aussi, mais ça passe la boue n’est pas assez compacte pour bloquer la roue dans le garde-boue avant. Par contre mon frein avant donne des signes de faiblesse, je crains que les plaquettes n’apprécient pas cette séance de thalasso. Plus bas, la circulation est alternée sur une rampe très difficile, il doit y avoir un bon kilomètre de bouchon.

A moto, j’ai la chance de me faufiler et de passer avant que la route ne soit fermée pour la fin de la journée. Il pleut maintenant beaucoup plus fort et la descente est vraiment difficile, je suis ravi de retrouver le goudron. A une dizaine de kilomètres de Manali, un éboulement a bloqué la route, les bull sont au travail et trois quart d’heure plus tard la voie est libre. C’est confirmé plus de frein avant, je trouve un jeu de plaquettes de rechange à Manali, mais impossible de démonter l’étrier, la vis btr est probablement grippée et l’atelier ou je me suis arrêté n’a pas une clé en très bon état, donc bilan : tête de la vis foirée, ça ne se présente pas bien.

Brouillard sur la passe du Rohtang - Le Ladakh en Royal Enfield - Inde 2010
Brouillard sur la passe du Rohtang – Le Ladakh en Royal Enfield – Inde 2010

27/07 Manali – Bilaspur
Il pleut sur Manali ce matin, je passe au garage récupérer la Royal Enfield, je voulais partir tôt mais Sandeep n’arrive qu’à 11h avec ma moto. Il a tenté une réparation de fortune, on verra à l’usage… J’assiste à l’ouverture de son magasin, c’est assez surprenant pour moi, mais avant de faire quoi que ce soit dans la boutique, il y a tout un rituel religieux de prières, d’offrandes pour que la journée soit prospère et que les affaires marchent. Il m’offre un thé et je reprends la route.

Cela n’a pas tenu, au bout de 150 km, un bruit inquiétant dès que je touche le levier, la roue louvoie, il doit y avoir un autre souci au niveau de l’étrier, je finirai donc uniquement avec le frein arrière ! Je rallie Bilaspur sous la pluie, au ralenti et à la nuit tombée, je ne trouve qu’un endroit particulièrement craspouille pour me poser, le pire de tout le voyage, pfff ça grouille de vermine, je n’ai pas le courage de déménager, mais bon ça fera… demain matin à 5h j’aurai quitté les lieux.

28/07 Bilaspur – Delhi
Le jour est à peine levé lorsque je pars, c’est un moment très agréable pour rouler, la pluie s’est arrêtée. Il me reste près de 400 km à tomber si je veux être à Delhi ce soir, Je retrouve rapidement un trafic très dense, la descente sur Chandigarh est très belle, mais à bloc de Tata dans les deux sens.

Je roule souple et je ralentis surtout au frein moteur, ça sera plus facile dans la plaine… Je récupère l’autoroute vers Chandigarh, allez c’est tout droit. J’ai quand même droit à deux beaux orages de mousson, c’est un spectacle incroyable, on les voit arriver de loin, le ciel s’obscurcit, l’agitation est perceptible, les gens essayent de s’abriter et finalement cela ne dure pas, mais quelle douche…

L’entrée dans Delhi est un grand moment, je navique un peu au cap, en demandant ma route très souvent et j’arrive finalement sans trop de mal à retrouver le quartier de Paharganj. Ah, c’est bon de mettre la moto sur la béquille !

Une pensée pour ces travailleurs de l'extrême - Le Ladakh en Royal Enfield - Inde 2010
Une pensée pour ces travailleurs de l’extrême – Le Ladakh en Royal Enfield – Inde 2010

Et comme ils le disent eux mêmes :
« When you go home, tell them of us, for their tomorrow we gave our today »
N’oublions pas, lorsque nous parcourons ces routes impossibles, tous ces anonymes qui les font exister et qui relient ainsi les hommes.

Haut de page

Vidéos, shortcuts :

Darcha, Un Tata franchit le pont sur la rivière Bhaga à la tombée du jour.

Darcha, Un Tata franchit le pont sur la rivière Bhaga à la tombée du jour

Chris sur la piste de Pang, aller-retour.

Chris sur la piste de Pang, aller-retour

Roshan et Shreerang sur la Manali-Leh « Highway ».

Roshan et Shreerang sur la Manali-Leh highway

Montée vers la passe du Rohtang la.

Montée vers la passe du Rohtang la

Le détail du parcours :

  • 14/07/10 : 276 km, Delhi – Chandigarh
  • 15/07/10 : 304 km, Chandigarh – Manali
  • 16/07/10 : 156 km, Manali – Darcha, passage du Rohtang la (3975 m)
  • 17/07/10 : 163 km, Darcha – Pang, passage du Baralacha la (4880 m), Nuchli la (4900 m) et Lachulung la (5060 m)
  • 18/07/10 : 188 km, Pang – Leh, passage du Tanglang la (5328 m)
  • 19/07/10 : Leh
  • 20/07/10 : 163 km, Leh – Lamayuru
  • 21/07/10 : 111 km, Lamayuru – Dah
  • 22/07/10 : 175 km, Dah – Leh
  • 23/07/10 : Leh
  • 24/07/10 : 209 km, Leh – Pang, passage du Tanglang la (5328 m)
  • 25/07/10 : 170 km, Pang – Jispa, passage du Baralacha la (4880 m), Nuchli la (4900 m) et Lachulung la (5060 m)
  • 26/07/10 : 157 km, Jispa – Manali, passage du Rohtang la (3975 m)
  • 27/07/10 : 185 km, Manali – Bilaspur
  • 28/07/10 : 409 km, Bilaspur – Delhi

Soit un kilométrage total d’environ 2666 km. Pour info, le mot « la » signifie passe ou col en Tibétain, d’où l’appellation de Rohtang la, Baralacha la, etc…

Cartes utilisées :

  • International travel maps, Himalaya the roof of the world, 1:1.300.000
  • Nelles maps, India north, 1:1.500.000
  • Editions Olizane, Ladakh & Zanskar, 1:300.000

La carte du voyage :

Haut de page

29 réflexions au sujet de « Blow horn ! (Klaxonne !) Le Ladakh en Royal Enfield »

  1. Bonjour

    cherche voyageur pour partir vers fin juillet 3 semaines mini
    faire du film et des photos et surtout des rencontres
    louer à manali et faire la boucle
    gilles 0688844733 RG parisienne
    fille ou garçon

    on peux faire équipe si tu veux on est 2 motards
    contacte moi gilles au 0688844733

    Cdt Gilles

  2. Bonjour,

    votre blog est vraiment passionnant ! Mon ami et moi avons prévu de parcourir l’Inde du Nord au mois d’Aout. En bon motard, il veut absolument faire le voyage en Royal Enfield. Auriez vous des conseils à nous donner ? Comme vous pouvez l’imaginer, nous avons à peu près un milliard de questions 🙂

    Merci !

    1. Bonjour,

      Merci Camille,

      Je comprends tout à fait ton ami, c’est une bonne idée de prendre une Enfield pour ce genre de voyage, c’est une machine que je trouve très agréable et si vous partez à deux sur la même moto avec bagages ; si vous le pouvez, privilégiez plutôt une 500.

      Au niveau conseil, je n’en vois qu’un seul qui soit primordial : c’est gaffe sur la route, le trafic routier est vraiment dangereux en Inde. Si vous connaissez le pays, vous savez de quoi je parle. Alors soyez super prudents, après c’est un trip magnifique et n’hésites pas si tu as d’autres questions ce sera avec plaisir.

      A bientôt
      Christophe

  3. bonjour, je m apprete a faire un trip en moto avec mon copain en inde du nord..
    on part un mois de mi à mi juin.. je connais deja bien l inde mais la on est pris par le temps et j aurais souhaité louer la moto le plus vite possible, sais tu si on peut contacter ton loueur à l avance. combien ca t a couté en tout la location? et pense tu qu en mois on peut monter jusqu au ladakh ? merci

    1. Bonsoir Ophélie,

      suite aux conseils avisés de Christophe, je me suis adressé à Lalli Singh (Quartier de Karol Bagh à New-Delhi). Accueil très sympa. Il a une page facebook (https://www.facebook.com/pages/Lalli-Singh-Royal-Enfield-Bikes-and-Adventures/807004872673743).

      Les motos sont en très bon état. Pour une 500, cela m’a coûté environ 450€ en 2012, pour un mois.

      Il faut le contacter à l’avance, lui envoyer tes papiers …

      Bonne route.

      Christian

    2. Salut Ophélie,

      Un mois pour le Ladakh me parait bien, j’avais fait l’aller retour Delhi – Leh – Delhi en 15 jours, mais j’aurais vraiment aimé avoir un peu plus de temps…
      Avec 2 semaines supplémentaires, cela devrait être vraiment confortable et vous permettre d’en profiter beaucoup plus.

      Comme te le disait Christian, Lalli est une bonne adresse pour la location, et le quartier de Karol Bagh où il est installé regorge de boutiques de 2 roues et d’équipement moto si vous devez vous équiper pour le voyage.

      Si vous connaissez déjà l’Inde, vous ne serez pas surpris par le trafic routier, mais prudence maxi sur la route !

      Bonne prépa et à bientôt si tu as d’autres questions.
      Christophe

  4. Bonjour
    cherche coéquipiers pour partir entre juillet 2015 et septembre
    Royald Enfield, tente, caméras de Delhi au Ladakh 3 semaines, 1ère étape retour Delhi, ensuite Rajasthan 5 à 6 avec motardes si intéressées!
    gilles dans le 91 tel 0688844733

  5. waaaouh!! quelle belle aventure!! bravo pour ton courage et merci de nous faire partager tes voyages. je réverais d’en faire autant ne serait-ce qu’une petite partie.
    Je garde ton blog sous le coude au cas ou je me décide un jour…. bonne route a tous. Steph

  6. Cher Christophe,

    J’ai découvert ton site à la fois passionnant et riche d’expériences.. je serai en inde pour 5 semaines pour un trip LADAKH et HIMACHAL PRADESCH. je souhaite louer une moto à Delhi et partir en solo du 29 septembre au 3 novembre 2012.

    La lecture des forums apporte pas mal d’infos mais parfois imprécises, contradictoires voire plus d’actualité. Je rencontre pas mal d’aventuriers comme toi et votre expérience est toujours précieuse à connaitre.

    Christophe, j’ai besoin de ton aide sur plusieurs points :

    1. Localisation points d’essence dans les régions éloignées dans l’Himachal et le Ladakh

    2. Modalités et lieu (nom d’agence treck ou autorité) pour avoir les permis spéciaux pour aller à LEH, Nubra Valley, Tso Moriri, Mahé. A l’office du tourisme à Paris on m’a indiqué que l’autorisation pour aller à LEH s’obtenait à Delhi ?

    3. Est-ce que le fait d’être seul va me poser problème pour obtenir un permis spécial ?

    4. Modalités pour utiliser un téléphone Satellite MOTOROLA IRIDIUM 9500 ; j’ai commencé un vrai parcours du combattant pour connaitre la procédure.. ambassade à Paris, Delhi, consulat, office du tourisme, ministère des télécommunications à Delhi.. en vain.. toujours aucune nouvelle précise, si ce n’est que si je prends le risque de rentre en Inde avec mon Satphone sans autorisation, je vais passer un mauvais moment (arrestation , problèmes espionnage ou terrorisme…et plus particulièrement si je voyage dans le Nord…

    5. Pour les étapes les plus longues combien de carburant en jerrycans disposais tu ?

    6. Consommation de carburant et d’huile d’une Enfield 500 ?

    7. Je pars au moment où les risques de neige en altitude sont plus importants qu’au mois d’aout ou septembre et je sais que la route de Manali – Leh ferme chaque année en fonction ces aléas. J’ai vu que les campements de Sarchu, pang, tso moriri, panngong tso, etc fermaient mi septembre. Il ne me reste que le bivouac.. as-tu pratiqué cela à cette altitude et à ces endroits là ? ou y a-t-il une autre alternative ?

    8. Enfin dernière info, réchaud gaz ou réchaud essence ? on trouve de tout comme infos sur les forums. Ma question est la suivante. Trouve t-on facilement à Delhi des cartouches de gaz primus, si oui ( à 100 % ) où ? à défaut faut il mieux s’équiper d’un MSR tout combustible dès le départ. (j’ai actuellement un mixte)pas très convaincant pour les essais carburant ; un coup à mettre le feu à la tente !

    Je te remercie sincèrement de ton aide… que j’attends avec impatience.

    Cordialement
    Philippe

    1. Bonjour Philippe,

      Merci pour ton message, j’espère pouvoir t’aider un peu avec mon retour d’expérience,

      Pour les stations essence, jusqu’à Manali, tu en trouves facilement, après il ne te faut pas rater le ravitaillement à Tandi, dernière et seule station avant Leh, n’hésites pas à transporter un petit réservoir additionnel (ou deux selon où tu projettes d’aller et la taille du réservoir de ton Enfield).
      Tu peux aussi avoir un réservoir plus gros que l’origine (16 l si je me souviens bien) sur l’Enfield, c’est à voir avec ton loueur et les porte-bagages sont particulièrement bien prévus pour transporter des bidons supplémentaires de 5l, pour ma part j’avais juste un bidon supplémentaire et cela m’a largement suffit pour faire Tandi – Leh.

      Mais je dirais que la règle est de toujours faire le plein lorsque tu croises une station car j’ai pu voir combien la pénurie de carburant s’installe vite à Leh, même si elle se rétablit normalement très vite aussi !

      Pour la consommation, je ne m’en souviens pas, mais elle n’est pas du tout élevée si tu roules souple, la conso d’huile dépend aussi de la « fraicheur » du moteur, celle de ma moto sur ce parcours m’avait semblé raisonnable, dans mon souvenir c’était au maximum un demi litre sur la totalité du voyage, c’est à dire pour un peu plus de 2600 km.

      Effectivement obtenir un permis de circulation pour une seule personne peut parfois poser problème, mais il me semble avoir lu qu’il y a des astuces pour contourner cela. les agences vont t’inclure dans un groupe fictif dont la liste nominative apparaitra sur les photocopies de ton permis à laisser aux check point et si on te demande où sont les autres, pas de chance, ils sont malades ce jour là ;o)

      Je pense que tu peux faire la plupart des permis à Leh auprès des nombreuses agences de voyages locales, penses bien à te munir de plusieurs photocopies du document. Pour ma part, je n’avais eu aucune difficulté à obtenir un permis pour la région de Dah.

      Les guides style Lonely Pl… sont une bonne source d’information par rapport aux permis et les endroits où les obtenir, mais il te faudra un peu bouquiner et potasser avant de partir.

      Par contre je n’ai jamais entendu dire qu’il fallait une autorisation pour aller à Leh, tu trouveras seulement sur la route des check point avec contrôle du passeport et où ton passage est noté, il y en a un à Darcha notamment.

      Je ne vais pas pouvoir t’aider par rapport aux démarches à faire pour utiliser un téléphone satellite car je n’en avais pas emmené, mais je crois que cela fait effectivement partie des questions à poser au consulat ou aux services de l’ambassade d’Inde.

      Par contre, la période où tu projettes ce voyage me parait difficile, j’ai pu mesurer combien le temps pouvait changer rapidement et les conditions se durcir en plein été. Je crains que tu ne rencontres des conditions météo rudes qui pourraient gâcher ton plaisir et même limiter fortement tes déplacements. Le col du Rothang, à mon sens le plus imprévisible, peut-être par exemple fermé très rapidement lorsqu’il est soumis aux intempéries.
      Tu ne pourras donc pas compter faire étape dans les villages de tente, il resterait les villages comme Keylong et Jispa (avec un petit hôtel), mais qui sont plutôt situés au début de l’itinéraire.

      Je crois que tu devrais te renseigner plus avant sur ce qui sera possible ou pas à cette période, les transports en bus s’arrêtent d’après ce que j’ai pu lire vers la mi-septembre ; après, la route reste parfois ouverte plus longtemps, mais je ne suis pas certain que tu puisses passer, ou alors au prix de risques importants, le forum Horizons Unlimited (en anglais) peut être une bonne source d’information pour cela.

      Je n’ai pas plus d’infos sur ce que tu peux trouver comme cartouches sur Delhi. Comme réchaud, j’en avais pris un à gaz avec 2 petites cartouche par sécurité, mais je ne l’ai pas utilisé car j’ai pu faire à chaque fois étape dans un village de tentes. Le MSR est une bonne formule, j’en avais un il y a quelques années pour un autre voyage vers le Yémen et cela marchait bien moyennant un nettoyage régulier, et en plus cela te fait un litre de carburant supplémentaire si besoin…

      Bonne préparation
      Christophe

      1. Christophe

        je te remercie de toutes ces infos très interessantes. côté météo, j’ai conscience de la problèmatique, et je prévois une tente d’expé pour bivouaquer aux endroits où les camps seront fermés. De plsu je compte emporter des vétements chaud d’expé au cas où ! Concernant l’autorisation pour se rendre à Leh, c’est l’office de tourisme indien de Paris qui m’a indiqué cela au mois de juillet en raison des évènements à la frontière du Pakistan. Pour les cartouches de gaz comment as tu fait pour les transporter en avion ? pour le téléphone satellite j’attends une réponse du consulat indien de Paris et du ministère des télécommunications de Delhi.

        merci à toi
        Bien amicalement.

        Philippe

        1. Je te souhaite bonne chance pour les démarches administratives, et c’est bien si tu peux prévoir un équipement performant qui te permettra de faire face aux conditions météo.
          Pour le réchaud, je n’y avais pas du tout songé et en fait, ta remarque m’a fait penser qu’il est passé involontairement en soute à l’insu de tout le monde, à l’aller comme au retour…
          C’est un ensemble Butagaz rando très compact avec des cartouches CV360, le tout enfermé avec le bruleur dans deux casseroles alu et je n’y ai pas du tout pensé quand je l’ai fourré dans mon sac, à ne pas reproduire tout de même à l’avenir !

          A+
          Christophe

  7. Bonjour Christophe,

    Merci pour les infos. J’ai envoyé aujourd’hui un mail à Lalli Singh. je verrai s’il me répond.

    Je m’interrogeais vis-à-vis de l’assurance. Je ne suis pas encore allé voir mon assureur mais je pense que l’on doit souscrire une assurance locale. Le contrat est-il rédigé en anglais ? et te souviens-tu comment est la couverture en assurance ?

    De plus, comment cela se passe-t’il avec le parking pour la moto ? y a-t’il des parkings publics gardés comme dans le Maghreb ? Lalli Singh t’a-t’il fourni un antivol ou l’as-tu apporté ?

    Par avance, merci pour tes réponses.

    Par curiosité, si ce n’est pas indiscret, quels sont tes projets de voyage en moto ?

    @+

    Christian

    1. Salut Christian,

      Je pense que tu devrais avoir un retour, même si je crois qu’il est parfois un peu débordé sous les demandes.

      Pour ce qui est de l’assurance, il te loue une moto avec papiers en règle et assurée, et de ton côté il te faut être en possession de ton permis moto national et de ton permis international, mais il t’expliquera précisément la manière de procéder si tu venais à avoir un accrochage.
      Pour faire simple, s’il ne s’agit que de matériel ou de blessures légères, cela se règle principalement sous forme de compensation, mais son contrat est assez détaillé à ce sujet et donne de bonnes indications sur ce que cela peut représenter concrètement.
      Tu as raison de t’interroger à ce sujet, sans être spécialement inquiet, il est souhaitable de ne pas être pris au dépourvu dans ce genre de situation.

      L’antivol m’avait été fourni (une chaîne avec cadenas) avec les pièces détachées, la pompe, les outils… mais perso je n’ai jamais utilisé de parking surveillés, il y en a peut-être, après le stationnement est en général plutôt… anarchique… un peu comme le trafic !

      Au niveau projets, je conserve le Rajasthan dans un coin de ma tête, j’aimerais également bien retourner dans le nord de l’Inde : Cachemire, Ladakh, Népal et sinon en changeant de continent, l’Amérique du Sud me tenterait bien… ;o)

      A bientôt et tiens moi au courant
      Christophe

      1. Bonsoir Christophe,

        je me permets de te re-contacter car j’ai quelques « difficultés » avec le loueur Lalli Singh. ce sont des choses qui sont peut-être sans importance.

        J’ai eu avec lui deux échanges de mail. Le dernier a concerné le choix de la moto. J’ai opté pour une Enfield 500 de modèle récent :

        extrait de son mail : « Category B- Bike comes with 500cc engine, foot brake paddle on the right hand side, gear lever paddle on the left hand side, disc brake fitted on the front wheel, modern all aluminum engine, 5 speed gear box which has very smooth & easy shifting. »

        Je lui ai demandé de m’envoyer une copie des documents d’assurance ainsi que les tarifs mais je n’ai pas de réponse malgré l’avoir relancé deux fois.

        Donc, au final, ma question est : avais-tu réservé ta moto et régler tous les détails avant de partit ou as-tu fait cela sur place ?

        Pour info, voici à peu près l’itinéraire envisagé (pour une période allant du 17/07 au 15/08) :
        17/07 : Départ de Paris – New Delhi
        20/07 – New Delhi – Nawalgarh
        21/07 – Nawalgarth – Bikaner ‎
        23/07 – Bikaner – Jaisalmer ‎
        26/07 – Jaisalmer – Jodhpur ‎
        29/07 – Jodhpur – Udaipur ‎
        31/07 : Udaipur – Chittorgarh ‎
        01/08 : Chittorgarh – Pushkar ‎
        02/08 : Pushkar – Jaipur ‎
        04/08 : Jaipur – Agra ‎
        06/08 : Agra – Gwalior ‎
        07/08 : Gwalior – Khajuraho ‎
        09/08 : Khajuraho – Varanasi ‎
        12/08 : Varanasi – Kanpur ‎
        13/08 : Kanpur – New Delhi
        15/08 : New Delhi – Paris

        C’est bien sur amené à être modifié lorsque nous serons sur place, en fonction du paysage, des visites, …. La marge de manœuvre concerne Varanasi. Nous aimerions bine y aller mais cela fait un grand détour. Dans le « pire » des cas, cela pourra faire l’objet d’un autre voyage.

        Par avance, merci pour tes réponses.

        Christian

        1. Salut Christian

          Les échanges par mail sont effectivement parfois un peu « distendus » et lorsque j’avais préparé le voyage au Ladakh, en fait je n’avais pas pu avoir de réponses ni d’infos avant le départ. J’étais donc parti dans l’idée de tout faire sur place et c’est effectivement comme cela que ça s’est passé !

          Pour le Rajasthan, comme nous avions déjà échangé, j’avais eu par retour de mail une proposition pour la moto, similaire à la tienne, ainsi que les conditions tarifaires et de location en pièce jointe, et de mon côté, je lui avais envoyé mes permis scannés pour qu’il puisse préparer le dossier et le reste aurait été réglé une fois sur place. Bon cela n’a pas abouti vu notre arrivée fracassante à Delhi…

          Mon sentiment est qu’il est parfois submergé de demandes qui restent souvent sans suite. Une fois que le contact est établi je pense que c’est plus facile. Concernant le certificat d’assurance, c’est un document qui te sera confié avec la « carte grise » de la moto une fois sur place, mais je ne l’ai jamais eu entre les mains avant.

          Pense par contre à te munir d’un permis de conduire international et de ton permis national.

          Ton parcours me plait bien ;o), j’ai vu que tu prévois des jours de relâche assez fréquents, c’est bien de pouvoir le faire à ce rythme et c’est intéressant d’avoir une partie qui peut servir de « fusible » sur la fin.

          A+
          Christophe

          1. Bonsoir Christophe et merci pour la rapidité de ta réponse,

            Pour information,le budget que j’envisage pour la location de la moto est d’environ 400 euros pour le mois.

            j’aurais une dernière question (je crois ;-)) : Qu’as-tu fait pour le casque ? as-tu emmené le tien ou utilisé un fourni par Lalli ?

            Je m’interroge tout simplement sur la qualité et la propreté des casques.

            Par avance, merci.

            Bien cordialement,

            Christian

          2. Bonsoir Christian,

            Pour le casque, j’hésitais beaucoup à m’encombrer avec le mien dans l’avion. Donc au final, j’en ai acheté un sur place pour 18 euros, tout à fait correct, surement pas à nos normes… ;o) mais bon…

            Cette solution m’allait bien et puis cela a fait un heureux lorsque je suis reparti !

            Dans le quartier de Karol Bagh, où tu trouves les loueurs, il y a également plein de boutiques qui vendent des accessoires et de l’équipement où tu pourras trouver sans peine.

            A+
            Christophe

  8. Superbe voyage et superbes photos.

    Je suis « tombé » sur ton site par hasard en recherchant des infos sur la location de moto en Inde.

    Ma femme et moi allons nous y rendre cet été (Delhi) pour 4 semaines et suis désireux de louer une Enfield. Penses-tu que cela soit envisageable (1 moto pour 2 personnes avec les bagages) ? Aurais-tu des conseils à nous prodiguer ?

    Par avance, merci.

    Christian

    1. Salut Christian, merci pour ton message.

      Pour ce qui de rouler à deux sur une Royal Enfield avec les bagages, c’est à mon sens tout à fait envisageable, c’est d’ailleurs ce que nous avions prévu de faire avec ma compagne au Rajasthan. Tu peux trouver des RE qui sont déjà équipées avec 2 caisses montées dans les racks latéraux, ce qui peut s’avérer très pratique.

      Choisis de préférence une 500 si tu peux, même si certains font de sacrés trip en 350, car perso je trouve le moteur de la 500 plus agréable et le surcroît de puissance est vraiment appréciable pour doubler mais aussi dans les longues montées de col, mais tu ne rouleras pas plus vite !

      Après si vous envisagez le Ladakh, à deux sur la moto et chargés sur la piste, je pense qu’il vous faut vous préparer à des moments de bravoure. Selon les conditions météo, la piste peut se transformer en bourbier… donc, cela peut devenir un peu difficile mais je ne connais pas votre seuil de galère à moto ;o)

      Si, par contre, vous choisissez une destination qui vous fera rester beaucoup plus sur le bitume, pas de souci particulier, si ce n’est d’être d’une vigilance et d’une prudence extrême sur la route qui sera forcément plus empruntée que les pistes de l’Himalaya. La circulation en Inde est vraiment très très « chaotique » et dangereuse, ne te repose sur rien : tout est possible, même l’impensable…

      Cet été, vous serez en pleine période de mousson et si vous restez en plaine, vous allez vous faire rincer par les orages, donc il peut-être plus raisonnable de s’échapper vers le nord et les premiers reliefs de l’Himalaya ?

      A+
      Christophe

      1. Merci Christophe pour tes infos et conseils.

        Nous envisageons de faire le Rajasthan à moto. Je sais que du point de vue de la saison, ce n’est pas la bonne période, mais nous n’avons pas le choix.

        Je m’interrogeais par exemple sur la taille des porte-bagages (côtés + arrière) afin de savoir combien de litres (volume) il est possible d’emmener. Donc comme tu le vois, des détails techniques :-))

        Par contre, pour communiquer de manière plus simple, as-tu (lorsque tu lis mes messages) mon adresse email ?

        Enfin, en regardant, ton site, je vois que tu as fais « quelques » km. Superbe, l’Ethiopie et la piste Ho Chi Minh me mettent des « étoiles dans les yeux ».

        De mon côté, je suis un peu « débutant » vis-à-vis de toi. J’ai fait le Maroc, l’Italie du nord, l’Italie du sud, la Grèce, la Turquie, la Syrie et la Jordanie en moto (Africa Twin, je ne comprends pas pourquoi Honda a arrêté de fabriquer cette moto :-((), le Sénégal et les USA en voiture.

        Donc, nous sommes en train de « construire » notre voyage (arrivée Delhi le 17/07 et départ de Delhi le 15/08). Je me pose beaucoup de questions par rapport à l’état des routes (pas très bon, j’imagine surtout si l’on veut prendre les routes de campagne (les + agréables)), le nombre de km qu’il est envisageable de faire par jour (100, 200, 300) ou plutôt le temps nécessaire en moyenne pour faire 100 km ;-)), as-tu un éditeur de cartes du réseau routier a conseiller …

        Bref, plein de détails afin de construire notre itinéraire :-))

        Donc, si tu as mon email, serait-il possible (sans t’importuner) de communiquer par nos mails privés ?

        Par avance, merci

        Christian

        1. Salut Christian

          Pas de souci, nous pouvons échanger par mail, c’est vrai que dans l’absolu je préfère par l’intermédiaire du blog car cela permet de partager les discussions et permettre ainsi à d’autres lecteurs de profiter des infos échangées.

          Je te joins à ce message une image du type de moto que j’avais envisagé de louer pour faire le Rajasthan à deux. Approximativement, la dimension des caisses est de 20 cm de large x 50 de long x 40 de haut. Pour te donner un repère la section des 2 plus petites correspond à la taille d’un bidon de de 15 x 20 cm. Il est aussi possible de simplement sangler tes sacs dans les racks si tu ne veux pas t’encombrer des caisses qui sont apparemment amovibles. Pour ne pas trop charger l’arrière, j’avais aussi prévu une sacoche de réservoir magnétique.

          Tu as raison sur le choix des routes, pour éviter le trafic il est effectivement préférable d’éviter les grands axes. Je ne connais pas l’état du réseau secondaire au Rajasthan, mais pour ce que j’ai pu voir aux alentours de Jaipur, cela me semble plutôt correct. Après comme tu as roulé en Turquie et au Moyen-Orient, tu sais que l’on peut trouver absolument de tout sur la route, du style un camion en panne, qui avait signalé sa présence par des tas de cailloux, et qui une fois réparé, est reparti en laissant les cailloux… et l’huile échappée de son moteur

          En terme de distance journalière, je pense que 200 km par jour serait un bon choix et il ne faut pas imaginer rouler à plus de 60/70 km/h, après cela dépend du temps dont tu disposes et de ton rythme, perso je m’arrête souvent pour faire des photos ou prendre un café…
          Dans l’itinéraire que nous avions prévu, l’idée était de rouler un jour sur deux afin de pouvoir profiter un peu plus des étapes.

          Pour la navigation, j’avais prévu une bonne carte papier, bien sûr, et je voulais essayer d’emporter un GPS pour pouvoir tracer sur le réseau secondaire plus facilement. J’étais parti sur un modèle Garmin GPSMAP 78s, mais n’ayant pas la cartographie Garmin Inde, j’avais utilisé la fonction custom maps qui permet d’importer des portions de cartes. C’est une ouverture intéressante sur les GPS Garmin, car jusqu’à aujourd’hui ils avaient toujours fonctionné avec des formats de carte propriétaire. J’avais donc pour cela géoréférencé sur Google Earth de vieilles cartes topo américaines et des plans des principales villes. Pour l’importation du parcours (points et trace), je crée mon itinéraire sur Google Maps, export au format .kml, importation du kml sur Ozi Explorer et chargement depuis Ozi ver le GPS. Mais je n’ai pas eu l’occasion de tester tout cela en situation…

          A+
          Christophe

          Royal Enfield 500 préparée pour le voyage (Photo Lalli Singh)
          Royal Enfield 500 préparée pour le voyage (Photo Lalli Singh)

          1. Bonsoir Christophe et merci pour ces infos,

            Tu m’as « piqué » une question car je m’interrogeais sur le réservoir (plastique ou métal) pour une éventuelle sacoche de réservoir magnétique. Concernant les « valises » sur la moto, ferment-elles à clé ? possibilité de cadenas ? je m’interroge par rapport aux vols. Le fait de sangler son sac (où il n’y a rien de valeur : vêtements, nécessaire de toilette, …) simplement sur le porte-bagage, pour aller visiter un site, est-il sûr ?

            Concernant la moto, tu l’as louée chez Lalli Singh. Les as-tu contactés avant de partir ? as-tu négocié la prix avant de partir ou sur place ? enfin, combien par jour ?

            je pars 4 semaines (17 juillet – 15 août). le circuit que tu envisageais correspond à celui auquel je pense aussi (il y a tous les gros « spots ») après avoir consulté différents guides. Sauf … que j’aimerais aller aussi à Bénarès (Varanasi). Qu’en penses-tu ? par rapport à ton expérience, est-ce que cela te paraît envisageable ? ou faut-il que je pense à un avion Delhi – Varanasi ?

            A+ et merci par avance pour tes réponses.

            Christian

          2. Bonsoir Christian,

            J’avais effectivement louée ma moto pour le Ladakh chez Lalli Singh, tu peux le joindre avant de partir par mail, cela lui permet de te prévoir une moto et de préparer un peu les formalités administratives et éventuellement de discuter des conditions ; pour trois semaines au Ladakh, la location m’avait coutée un peu plus de 300 euros pour 17 jours, mais je n’avais pas réussi à l’époque à prendre contact avant le départ. Je pense qu’on peut trouver moins cher, mais il faut alors y consacrer un peu de temps. Il te faudra aussi prévoir de laisser une caution de 200 euros que tu récupères au retour. J’avais pu avoir une autre proposition par mail de Soni Motors, mais les tarifs étaient similaires et je n’avais pas pris le temps de les rencontrer une fois sur place.

            Concernant les risques de vol, je cois qu’il vaut mieux éviter de tenter, ne rien laisser sur la moto qui ne soit pas verrouillé, d’où l’intérêt de la sacoche magnétique que tu peux facilement détacher et faire suivre si elle se transforme en sac à dos.

            Pour les mallettes, je n’ai pas beaucoup plus d’infos que ce que l’on peut voir sur la photo car c’est ce que j’avais prévu de louer pour le Rajasthan mais le sort en a décidé autrement. Je sais qu’elles sont entièrement amovibles, dans ce cas tu reviens à une configuration simple avec racks (comme celle du Ladakh) dans lesquels tu peux poser ou sangler tes sacs. Je pense par contre qu’elles sont verrouillables comme c’était le cas du petit top case que j’avais pour le Ladakh dans lequel étaient rangées les pièces et outils fournis lorsque tu loues la moto.

            Aller jusqu’à Varanasi, je crains que cela ne fasse un peu trop de route, perso je privilégierai plutôt de passer plus de temps au Rajasthan, mais ce n’est que mon avis et cela dépend aussi de ton rythme. Sinon, c’est à garder pour le prochain voyage…

            A+
            Christophe

  9. Bonjour,

    Magnifique périple ! Justement après avoir traversé le Rajasthan puis l’Inde du Sud en Enfield, on s’interrogeait sur la possibilité de faire seuls la traversée du Ladakh ?
    Pas de souci de santé à part la soirée mal des montagnes dont vous parlez ?

    J’ai bien hâte d’avoir votre réonse parce que là on cale un peu en idée périple moto pour cet été, on prévoyait un tour dans les Andes mais ça parait très cher, l’Europe du Sud c’est très chaud…

    Je vais faire un petit tour sur votre site !
    Merci !
    Agnès Bérard

    1. Bonjour Agnès

      Merci pour ton message, c’est amusant parce que de mon côté je prépare un voyage au Rajasthan pour début avril !!!

      A mon avis, si vous avez déjà l’expérience de la moto en Inde, aucun souci pour vous pour réaliser seuls la traversée du Ladakh.

      Il n’y a rien de particulièrement difficile. il y a juste deux passages de cols qui peuvent être compliqués du fait de la météo et qui sont donc parfois fermés de manière imprévue. Je pense surtout au Rhotang la, juste après Manali. Il est parfois très arrosé par la pluie, donc la piste devient très boueuse, il y a des éboulements qui bloquent le trafic… des bouchons se forment. Il faut alors faire preuve de patience. De mon côté je suis passé sans encombre à l’aller comme au retour. Mais au retour c’était juste avant qu’il ne soit fermé pour la nuit et dans ce cas, il te faut revenir en arrière jusqu’à Keylong par exemple et retenter le lendemain matin. Il ne faut donc ne pas être trop serré au niveau timing.
      Le deuxième, c’est le Baralacha la, la route/piste qui y monte est meilleure, mais lorsque j’y suis passé, le temps était couvert, les températures négatives, la route verglacée et un convoi militaire était bloqué au sommet avec un bus en panne. Donc tout cela ajouté, plus le fait d’avoir pris la pluie sur quasiment toute la montée fait qu’il te tarde de redescendre ;o)

      Un autre point où il faut être vigilant, j’ai failli me faire avoir…, tu passeras pas mal de gués ou de radiers qui coupent la route. Lors de la montée vers Leh leur niveau était tout à fait raisonnable. Par contre au retour, il y en un qui avait fortement gonflé, juste avant de redescendre sur Darcha, et j’ai failli me faire embarquer. J’ai senti la moto se délester une fois au milieu, heureusement j’étais rentré dedans assez vite et cela m’a tout de même permis de traverser le courant le plus fort. Mais c’est passé très très fin car la piste n’est jamais bien large et généralement bordée par un sacré dénivelé…

      Le maître mot, c’est de prendre son temps et tout ira bien.

      Pour l’autonomie, si tu peux avoir une Enfield avec un gros réservoir, c’est parfait et surtout dans le sens de la montée penser à refaire tous les pleins à Keylong parce qu’après tu ne trouveras plus d’essence.

      Sinon, pas de souci de santé particulier, quand au mal des montagnes, je pense que je suis un peu fautif car je ne me suis pas assez ménagé ce jour là !
      Mais le lendemain matin tout allait bien, de toute façon il est difficile de généraliser car chacun réagit différemment vis a vis de l’altitude.

      Après, c’est un voyage absolument magnifique autant vis à vis des endroits traversés que des rencontres avec les gens qui peuplent ces contrées rudes.
      A faire et surtout n’hésitez pas si vous avez d’autres questions.

      Christophe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *